• Ecole_V
  • Ecole_V
  • Ecole_V
  • Ecole_V
  • Ecole_V
  • Ecole_V

Ecole_V

  • Projet : Construction d’une école en collaboration avec l’Atelier Urbanisme, de Rénovation et d’Architecture à Liège (AURAL)
  • Situation : Vinalmont
  • Etat d'avancement : Concours - non réalisé

Le projet consiste en une école nouvelle génération dotée d’une architecture qualitative et actuelle, tout en s’inscrivant dans le respect du caractère rural de l’environnement et l’économie d’énergie. Une école répondant aux critères de fonctionnalité, de flexibilité, de modularité... Le projet vise à atteindre une certaine « qualité énergétique », tout en assurant le confort des occupants, ainsi qu’une facilité de maintenance et d’usage.

Du point de vue de l’implantation du bâtiment, le but est d’utiliser les opportunités offertes par le site afin de créer un cadre de vie agréable en profitant des avantages de la parcelle. L’implantation du bâtiment est induite par la volonté de s'inscrire dans le front bâti existant de par la construction d’un volume principal dans le sens longitudinal de la parcelle. Ce volume accueille 2 niveaux et présente une toiture à versant unique permettant de limiter l’impact de la façade latérale gauche du côté des habitations voisines. Cette implantation permet donc d’inscrire la façade avant du volume (pignon) dans la continuité des habitations existantes de la rue. Enfin, l’implantation a été réfléchie afin de permettre différentes possibilités d’extension.

L’ouverture du volume côté « cours » permet de profiter de la zone boisée au sein de l’école, tout en maximisant les apports solaires offerts par l’orientation Sud-Est. Le volume secondaire, composé d’un seul niveau, s’implante parallèlement à la Voirie, afin de créer un espace tampon, une transition entre la zone publique, les parkings, et le poumon vert créé au centre de l’école, accueillant les cours et espaces de jeux. Ce volume secondaire permet également de sécuriser l’accès au cœur de l’école mais également d’offrir une intimité au site par rapport à l’espace public.

Le projet est imaginé avec une conception simple et ludique du bâtiment et de ses abords. Le système structurel est basé sur une trame régulière avec un entraxe constant entre murs porteurs. Cela permet de moduler l’organisation des différents locaux. L'ensemble scolaire est composé de deux volumes dont l’articulation est accentuée par la courbe en bardage bois de l’espace garderie, invitant les occupants à se diriger vers la cour intérieure de l’école. Au rez-de-chaussée, le hall d’entrée se veut un lieu de rencontre, faisant le lien entre le réfectoire, les classes maternelles, l'accès aux classes primaire et la direction ainsi qu’avec la cour de récréation en arrière-plan. Cet espace se veut lumineux et convivial. A l’étage, cette articulation permet la création d’une bibliothèque ludique sous forme de petit auditoire.

Le volume accueillant les maternelles est imaginé comme un espace modulable afin de favoriser les connexions entre les différents âges et la facilité d’utilisation des espaces en fonction des activités envisagées. La côté ludique de cet espace est renforcé par le caractère courbe des angles et le bois habillant les différentes façades lui confère une certaine chaleur. L’implantation des réfectoires, cuisines et sanitaires au niveau du rez-de-chaussée, permet une connexion directes avec les zones de cours ainsi que leur utilisation lors de manifestations en-dehors du cadre de l’école. Ces locaux sont en effet directement accessibles depuis l’entrée principale, sans passer par les zones primaires et maternelles. Le local « Sieste » prend place à l’extrémité du volume afin de profiter d’un peu plus de tranquillité par rapport au reste de l’école tout en ayant une place stratégique près de l’entrée afin de faciliter l’accès aux parents venant rechercher leurs enfants.

L’inertie du bâtiment est obtenue par la mise en œuvre de matériaux lourds. En période estivale, elle évite les risques de surchauffe en accumulant la chaleur en journée et en la « redistribuant » en soirée. En hiver, l’énergie solaire va être accumulée pendant les périodes « chaudes » de la journée et redistribuée lorsque le soleil disparaît et que la température extérieure chute.

La plupart des classes sont orientées Sud-Ouest et Sud-Est afin de profiter au maximum des gains solaires (des dispositifs de protection destinés à éviter les surchauffes en été sont prévus notamment grâce au débordant de toiture au niveau des classes maternelles et au moyen de stores extérieurs au niveau des espaces du 1er étage). L’orientation sud reste en effet la plus efficace en termes d’économie d’énergie. La façade Nord-Ouest, longeant les parcelles des habitations voisines, est traitée avec des ouvertures ponctuelles sous forme de bandeaux horizontaux afin de garantir un apport de lumière constant au sein du bâtiment tout en préservant l’intimité des habitations existantes de ce côté.

Les matériaux de constructions mis en œuvre sont sélectionnés dans le but de garantir l'authenticité et le caractère architectural de la région ainsi que pour leurs performances thermiques, leur durabilité dans le temps et également sur base de leur contenu en énergie grise : c’est-à-dire l’énergie qu’il a fallu pour les produire, les transporter, les mettre en œuvre et celle qui faudra pour les emporter et les traiter/détruire. C’est ainsi que l’on privilégie, quand c’est possible, des matériaux naturels type cellulose et bois ou encore des matériaux locaux et des matériaux recyclables.

Le volume principal, sur deux niveaux, est réalisé en briques d’un ton rouge afin de s’intégrer au cadre bâti en respectant le matériau dominant de la région. Aussi, la brique est un matériau durable qui ne demande que peu d'entretien. Les éléments légers de la façade des classes primaires et des locaux tournés vers l'intérieur du site accueillent une polychromie permettant d’animer les façades qui tranche avec des éléments constructifs plus sobres.
L'association des panneaux en fibres-ciment des débordants de toiture et des bardages en bois apporte une légèreté et un aspect contemporain aux façades. L’utilisation d’un bois issus de forêts durablement gérées est envisagée sous les débordants de toiture afin de garantir un vieillissement idéal de celui-ci sans nécessité de traitement chimique particulier.

Une attention particulière sera également portée aux matériaux intérieurs, en contact direct avec les occupants. L’utilisation de matériaux naturels est étudiée en priorité afin que ceux-ci bénéficient de procédures de standardisation et de labels écologiques reconnus.
Pour les toitures par exemple, un isolant insufflé en cellulose peut être envisagé pour son faible impact environnemental, sa facilité de mise en œuvre et sa qualité de régulation thermique et de l’humidité contenue dans l’air.